TnT19

Trucks & Tanks Magazine

Editeur :  Caraktère
Titre : Stalingrad : la Wehrmacht joue et perd
Réf : 19
Sujets : 

sIG 33, Stalingrad, AMR P.28, Autoblindo AB40 …

sIG 33 : Un obusier lourd pour l’artillerie légère 11 novembre 1918, l’armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale ne constitue en rien un frein au développement d’armes plus modernes. Tandis que les peuples pansent leurs plaies, les militaires analysent les comptes-rendus et autres rapports rédigés par les soldats lors des batailles. Bien qu’ayant perdu et étant soumise au traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, la Reichswehr tire le bilan des affrontements en théorisant les modes de combat du futur. Au-delà des tactiques novatrices élaborées, les militaires allemands cherchent à doter leurs troupes de matériels capables de répondre à leurs demandes. – Stalingrad : la Wehrmacht joue et perd Lorsque la Wehrmacht s’approche des faubourgs de Stalingrad, elle ne possède pas une réelle expérience de la guerre urbaine. Lors de l’invasion de la Pologne, Varsovie s’était rendu sans réelle diffi cultés sous les coups conjugués de l’artillerie et de l’aviation. L’attaque de la France ne déroge pas à la règle, les villes sont relativement épargnées et, de toute façon, ne donnent pas lieu à des combats importants. Défaite en « rase campagne », l’Armée française ne prolonge pas la guerre en défendant les grandes métropoles. Lors des premières semaines précédant l’opération « Barbarossa », les grandes villes soviétiques ne causent guère de problèmes à des Panzer-Divisionen privilégiant la mobilité, encerclant leurs objectifs qui fi nissaient par tomber comme des fruits murs. En 1942, les troupes allemandes ne considèrent donc pas véritablement les villes comme un terrain particulier. Sans le savoir, l’Armée allemande s’apprête à livrer le premier véritable affrontement au sein d’une ville de grande importance. Au moment où Staline décide de combattre dans l’agglomération éponyme, l’Armée rouge n’est guère mieux lotie question expérience. Les deux adversaires commencent alors la bataille à armes égales, du moins d’un point de vue tactique de combat car la Wehrmacht, victorieuse depuis le début de l’opération « Fall Blau », est à l’offensive et l’Armée rouge, qui ne peut que subir la domination manoeuvrières allemande en rase campagne, est à la défensive.

Searching Stalingrad...

AMR S. 28 : Une autochenille de transition Durant l’entre-deux-guerres, les tenants du cheval et les adeptes de la motorisation se livrent un violent affrontement. Entre conservatisme et avant-gardisme, les deux camps ne cessent de s’opposer sur le futur des moyens de locomotion de l’Armée française. Petit à petit, le moteur à explosion trace son chemin dans l’esprit des militaires hexagonaux et les appels d’offres se multiplient afi n d’équiper les troupes. Des marchés qu’André Citroën tient à remporter grâce à l’avance technologique de ses réalisations, notamment dans le domaine des semi-chenillés ou autochenilles. – Autoblindo AB40, 41 UND 43 : Les automitrailleuses de combat du Regio Esercito L’Italie a été l’un des premiers pays au monde à développer et produire des véhicules blindés. Pourtant, à la veille de la Second Guerre mondiale, elle ne dispose que d’engins obsolètes et peu fiables, et cela en dépit des expériences acquises en Afrique orientale, en Libye et en Espagne, théâtres qui avaient largement démontré l’utilité des véhicules blindés à roues. Anticipant la demande de son armée, l’industrie nationale produit de sa propre initiative, quelques nouveaux modèles qui sont alors présentés aux autorités militaires italiennes. …

Quelle: Trucks & Tanks Magazin

TnT19

Searching Stalingrad...

Aufrufe : 150

Find by:

  • 1/35 soukou sagyou ss-ki
  • comptes rendus de la bataille de stalingrad archives allemandes 1942
  • paste rymodont zahnpasta stalingrad
  • Rymodont
  • SIG 33 photoscope
  • stalingrad kleur foto wehrmacht
  • trucks & tanks magazine скачать бесплатно
  • war2glory η λειτουργια εληξε

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.